L'AVS brûle et les syndicats l'éteignent avec de l’huile

La prévoyance vieillesse brûle et le Conseil fédéral ainsi que le Parlement ne sont qu’observateurs. Avec la mini-réforme « AVS 21 », l'AVS et le Parlement ne gagnent que trois ans dans la lutte pour des rentes pérennes ; on repousse au lieu de résoudre.

L'AVS brûle et les syndicats l'éteignent avec de l’huile

La prévoyance vieillesse brûle et le Conseil fédéral ainsi que le Parlement ne sont qu’observateurs. Avec la mini-réforme « AVS 21 », l'AVS et le Parlement ne gagnent que trois ans dans la lutte pour des rentes pérennes ; on repousse au lieu de résoudre. La réforme de l'AVS n'est donc pas une panacée, mais seulement un moyen de gagner du temps avant d’entreprendre une réforme durable. Ce sont les générations futures qui en font les frais, car la montagne de dettes de l'AVS s'accroît de manière incommensurable. Et, ceux qui empêchent véritablement de trouver une solution sont les syndicats, qui préfèrent alimenter les guerres entre partis politiques plutôt que de contribuer à éteindre l’incendie qui déferle sur la prévoyance vieillesse. Il faut que les syndicats prennent conscience que l’on n’éteint pas un feu avec de l’huile.

Appel aux syndicats : des solutions plutôt que des guerres !

Nous vivons de plus en plus longtemps. C'est réjouissant, mais cela pèse sur les finances publiques. Comme le montre clairement le bilan intergénérationnel actualisé de la Confédération, il en résulte à long terme un déficit fiscal de 15 à 20 milliards de francs par an en raison des lacunes actuelles du système. Les syndicats ne s’alarment pas. Ils prévoient même d'élargir le déficit avec l’introduction d’une 13e rente AVS. Selon eux, même une mini-réforme telle que la réforme « AVS 21 » doit faire l'objet d'un référendum. En occultant ainsi délibérément les réalités démographiques, on conduit volontairement notre système dans le mur. Manifestement, les syndicats ne se soucient pas des générations futures. Il n'est donc pas étonnant que la confiance que les jeunes ont dans la prévoyance vieillesse s'estompe. C’est la raison pour laquelle nous lançons un appel aux syndicats : « Aidez à garantir une AVS durable au lieu de jeter encore plus d'huile sur le feu ! » Car une chose est claire : si les syndicats persistent, le besoin de financement de l'AVS atteindra 200 milliards de francs d'ici 2045.

Seule une réforme durable crée la confiance !

Même la mini-réforme « AVS 21 » ne pourra pas rétablir la confiance - elle fait gagner du temps, mais n’apporte pas de solution. Certes, l'harmonisation de l'âge de la retraite pour les femmes est attendue depuis longtemps, mais en raison de compensations généreuses, l'effet de la réforme est marginal. La faillite de l'AVS n'est reportée que de trois ans environ, en 2038, ce qui n'est pas un grand pas si l'on considère que la discussion sur l'AVS 21 au Parlement a également duré trois ans. L'étude d'Ecoplan mandatée par la Confédération montre clairement où une vraie réforme doit avoir lieu pour commencer : l'âge de la retraite. Ainsi, un relèvement progressif de l'âge de la retraite permettrait pratiquement de combler le déficit budgétaire des assurances sociales (AVS/AI/APG). L’initiative sur les rentes apporte précisément cette solution. Lier l'âge de la retraite à celui de l’espérance de vie permet de pérenniser les rentes.

retour

Autres articles

Les Jeunes Libéraux-Radicaux veulent relever l'âge de la retraite

Leur initiative a abouti

Weitere Informationen

50'000 signatures recueillies

Malgré la pandémie et les conditions difficiles, nous continuons à récolter, avec succès, des signatures.

Weitere Informationen

Aidez-nous à sauver l'AVS !

Nous recueillons des signatures pour un régime de retraite durablement financé

Weitere Informationen